L’amplificateur de boucle magnétique permet aux personnes malentendantes de capter une information sonore de manière optimale dans des grands espaces fermés : amphithéâtre, salle de réunion, salle de conférence…
Pour ce faire, des installations spécifiques sont à prévoir.


Un amplificateur de boucle magnétique c’est quoi ?


L’amplificateur de boucle magnétique est idéal pour une utilisation dans des grandes salles de réception et de réunion ou encore des amphithéâtres.
Il est adapté pour des surfaces très variées pouvant aller jusqu’à 4 000 m2.
Lorsqu'une personne parle dans un micro, ou qu'un son est diffusé, le son est transmis vers un amplificateur puis vers une boucle magnétique.

Composants : Une boucle magnétique et un amplificateur.
La boucle magnétique, constituée d’un câble isolé (fil de cuivre), passe sur le pourtour de la salle à équiper. L’amplificateur, connecté à une source audio (chaîne hi-fi, microphone de l’intervenant, etc.), émet les signaux acoustiques transformés en courant alternatif dans la boucle magnétique.
Le champ magnétique à l’intérieur de la boucle magnétique permet à l’auditeur de se déplacer librement dans la pièce et de recevoir un son directement dans ses appareils auditifs.


Comment bien choisir son amplificateur ?


Un large panel d’amplificateurs est présent. Pour un choix des plus adaptés, il faut en premier lieu prendre en compte la superficie du lieu dans lequel on souhaite installer son amplificateur en fonction de la surface d’émission maximale d’un amplificateur.

Il est nécessaire ensuite de s’interroger sur un certain nombre de facteurs : le contexte d’utilisation, le nombre de locuteurs et d’auditeurs simultanés, la fréquence d’utilisation du système, la présence d’un service en capacité de gérer le matériel, la proximité des salles à équiper, la présence de structures métalliques, etc.


Types d’installations de boucles magnétiques


Plus la boucle est grande, plus son dénivelé est important, et plus l'amplificateur devra être puissant afin de compenser les pertes dues à l'éloignement.

Afin de couvrir un espace et de le rendre accessible aux déficients auditifs, on recense trois types d’installations de boucles.

Boucles simples périmétriques : elles ceinturent une pièce délimitée, il est impératif de positionner convenablement la boucle en hauteur afin d'obtenir un champ magnétique uniforme. Le dénivelé (la hauteur) de la boucle par rapport à la hauteur d'écoute, est propre à chaque cas et diffère selon les dimensions de la boucle. Les boucles simples rayonnent largement autour d'elles et sont sensibles aux effets du métal. Il est impératif de ne jamais installer une boucle à hauteur d'oreille.

Les boucles simples périmétriques ne sont pas utilisables dans les cas suivants :

  • les surfaces à couvrir sont trop importantes
  • les pertes métalliques ne sont plus négligeables
  • il y a d'autres boucles susceptibles d'interférer dans le voisinage
  • il y a besoin de confidentialité

Afin de palier à ses impossibilités, des boucles en "8", ou en épingles à faible ou à ultra faible débordement peuvent être installées, elles sont généralement posées au sol.

Boucles en 8 : comme les boucles simples périmétriques, les boucles en "8" émettent largement autour d'elles dans les trois dimensions.

Boucles en épingles : elles permettent de compenser les pertes métalliques et de cloisonner le champ magnétique dans les trois dimensions. Il est ainsi possible de faire fonctionner des systèmes de boucles dans des salles limitrophes et totalement indépendants. Chaque réseau ayant son amplificateur distinct, sans interférences et de respecter des besoins de confidentialité.


La diaphonie


Si l’espace tend à être bruyant, des modèles à faible diaphonie permettent de restituer au mieux un son sans créer d’interférence entre les signaux.
Les amplificateurs à faible diaphonie réduisent considérablement les rayonnements externes à la zone, sans perte de puissance sonore.
Dès lors, plusieurs installations de boucle magnétique sont possibles dans des pièces limitrophes sans créer d’interférence :

• Pas de perte d’intensité du champ magnétique
• Excellent rendu sonore
• Effet Larsen* fortement réduit du fait de courants plus faibles
• Diaphonie extrêmement faible et sensibilité directionnelle réduite

*Cet effet se produit lorsque l’émetteur amplifié (exemple : amplificateur) et le récepteur (exemple : microphone) d'un système audio sont placés à proximité l'un de l'autre. Ce phénomène désagréable produit le plus souvent un sifflement s'amplifiant en général jusqu'à la puissance maximale permise par les amplificateurs

Étude préalable

La mise en place d'un tel réseau dans une pièce ou autre nécessite une étude préalable des lieux et doit être effectuée par un installateur professionnel. D'autre part il est important que le bon fonctionnement soit évalué périodiquement, (tests, mesures de champ).


Que dit la loi sur l’installation d’un amplificateur de boucle magnétique ?


L'amplificateur de boucle magnétique doit être conforme à certaines normes (NE IEC 118 et son équivalent français NF-EN 60118-4).
Elles visent à définir un niveau normalisé de l'intensité du champ magnétique capable de fournir un rapport signal/bruit adéquat sans risque de saturation de l'aide auditive.

Sont définis :

• La surface "utile" qui n'est pas nécessairement la surface de la boucle
• Le niveau moyen d'intensité du champ magnétique dans la surface spécifique : 100 mA/m
• L'intensité maximum du champ magnétique sur la parole : 400 mA/m
• La réponse amplitude/fréquence : Plus ou moins 3 dB par rapport à 1000 Hz)
• Réponse en fréquence (équilibre grave/médium/aigu) :100 à 5000 Hz à plus ou moins 3 dB
• Le rapport signal sur bruit : idéalement inférieur à - 47 dB


Conseils d’installations boucles magnétiques


Position de la boucle magnétique : pour générer un champ magnétique homogène, la distance entre la boucle magnétique et la hauteur d’écoute habituelle devra de préférence se situer entre 1,2 et 2 mètres. Ceci dans le but de minimiser la diaphonie.

La position et la taille de la boucle magnétique peuvent être configurés en fonction de la surface d’écoute (inférieure à la taille de la pièce).

Les microphones dynamiques sont à éviter autant que possible. La distance séparant la boucle du microphone dynamique doit correspondre au moins au demi-diamètre de la boucle.

L’utilisation d’un microphone à condensateur ou à pied donne dans la pratique de meilleurs résultats quant aux interférences et à l’effet Larsen.

Limiter la surface de la boucle ! Le raccordement à la boucle doit être effectué de façon serrée, soit en torsade, soit en parallèle.

Faire un essai d’installation. Tester chaque boucle pour vérifier si l’amplificateur est assez puissant, si les rayonnements externes ne posent pas de problèmes, etc.